Financement d’une mission scientifique sur la dégradation des mangroves [pt]

L’Ambassade de France finance une mission scientifique sur la dégradation des mangroves dans le lac Kussanga, adjacent au fleuve Chiloango, dans la région de Cabinda. En Angola, l’urbanisation rapide a progressivement pris la place des mangroves. Ces zones marécageuses sont pourtant précieuses. Elles abritent en effet une importante biodiversité, permettent de limiter l’érosion du littoral et d’atténuer l’impact des aléas climatiques. Depuis son lancement en 2016, Otchiva a permis que plus de 500 000 graines de mangrove soient plantées sur plus de 1000 hectares.

Otchiva, qui signifie "zone humide", est une ONG dirigée par de jeunes Angolais pour protéger et restaurer les mangroves du littoral angolais et tous les écosystèmes de zones humides associés, tels que les estuaires, les lagunes, les lacs, les étangs et autres, dans le but de promouvoir le bien-être de toutes les espèces qui dépendent de ces écosystèmes, y compris l’espèce humaine. Son travail a déjà été reconnu par l’exécutif angolais mais aussi par la communauté internationale (Union africaine, corps diplomatique en Angola).
Au-delà de son rôle phare en éducation environnementale, le projet Otchiva a mené de nombreuses actions telles que des campagnes de nettoyage et de reforestation des mangroves, tout comme la réalisation de travaux de recherche scientifique pour afin de mieux comprendre les causes de la dégradation des mangroves et de leurs écosystèmes associés, et de promouvoir leur résolution auprès des autorités de l’État.

Cette mission répond aux nombreux appels à l’aide lancés par les pêcheurs des mangroves situées sur les berges du fleuve Chiloango, préoccupés par la disparition de leurs ressources marines telles que les crabes, les poissons, les mollusques, etc., ainsi que par la mort des oiseaux migrateurs, en raison de l’extrême dégradation de l’écosystème des mangroves dans cette région, et ont demandé le soutien du projet Otchiva pour trouver des réponses à leur dégradation.

La mission débouchera sur l’élaboration d’un rapport technique qui servira de guide pour les actions du gouvernement angolais. Otchiva était également parrainée par Pumangol, les forces armées angolaises et le gouvernement régional de Cabinda.

JPEG

Dernière modification : 21/05/2021

Haut de page